ROMUALD ROUDIER THÉRON → Projets | Projects Écrits | Writings

 

À propos | About

Livres | Books
Contraintes #2
Contraintes #1
Contraintes - hors série
La Part Manquante

Expositions | Shows
Les aventures d'Arthur, Odile et Franz
Lancement Contraintes #1
Madame Godard
Paroles, Paroles
Que s'est-il passé à Marienbad ?
I'm too sad to tell you (acte 2.0)
La Part Manquante
Les Nuits américaines
PRGC 5002


Autres dispositifs | Others apparatus
On time
Home movies I
The reader
How to speak with books
L'énigme de Charles Lutwidge Dodgson

 

Mathilde Lesueur - Romuald Roudier Théron

Que s'est-il passé à Marienbad ?

En collaboration avec Camille Azaïs
Images de Mathilde Lesueur
Festival du film de Cabourg
Juin 2012

«Je suis parti de cette idée, une forme d’itinéraire qui pouvait être aussi une forme d’écriture, un labyrinthe, c’est à dire un chemin qui a toujours l’air guidé par des parois strictes mais qui néamoins à chaque instant conduit à des impasses et oblige à revenir en arrière, à repasser plusieurs fois aux mêmes endroits, à explorer une nouvelle direction et à retomber sur une nouvelle impossibilité.»
Alain Resnais

Avec les oeuvres de Mac Adams, Mathilde Lesueur, Emilie Marc, Louna Murati, Emilie Pitoiset et Marion Tampon Lajariette.

En 1961, Alain Resnais réalise L’année dernière à Marienbad, d’après un scénario d’Alain Robbe-Grillet. Dans un grand hôtel luxueux, un homme retrouve une femme et prétend qu’ils se sont rencontrés l’année précédente. Ils ont vécu, dit-il, une grande histoire d’amour. Mais la femme ne se souvient pas, ou refuse de se souvenir. Entre désir et affabulation, les deux amants s’égarent dans les dédales d’un château baroque. Mais qui des deux dit la vérité ? Que s’est-il passé à Marienbad ? Le long-métrage met en scène des personnages énigmatiques : silhouettes sans vie, sans opinion – ce sont des automates dont la danse dure le temps du film. Dans ce monde déshumanisé, le couple semble faire preuve d’une plus grande autonomie. Comme conscient de sa condition de personnage, l’homme conteste la fiction et dirige la jeune femme comme un metteur en scène dirige une comédienne. En résulte un dédale complexe où les deux amants s’égarent avec délectation. Les artistes de l’exposition envisagent Marienbad comme un matériau malléable, ouvert à l’interprétation. Entre fidélité et instrumentalisation, ils s’emparent de la péllicule pour envisager de nouveaux récits. Dans l’impossibilité de créer un espace cohérent, le regardeur déboussolé déambule dans un monde incertain, questionne les faits, met en doute le récit, s’irrite parfois. Il devient un acteur essentiel dans la construction du film car il lui appartient de reconstituer les trames du récit à partir de fragments spatiaux et temporels. Resnais lui-même place habilement dans un plan de son film la célèbre silhouette de celui dont il s’inspira largement : Alfred Hitchcock. Suggérant ainsi le cycle des citations passées et à venir. Décidement, «Rien de nouveau sous le soleil».


Alain Resnais - Romuald Roudier Théron


Alain Resnais - Romuald Roudier Théron


Alain Resnais - Romuald Roudier Théron